Patrimoine

Les mégalithes retrouvés sur la butte de Châlus Chabrol confirment une occupation humaine du promontoire de la Ville Haute dès le néolithique.
À l'est du bourg, sur le plateau du lieu-dit ‘‘Les Quatre-vents’’, à cheval sur les bassins hydrographiques de la Loire, de la Charente et de la Dordogne, un important carrefour de six grands chemins protohistoriques a été identifié. Ses voies principales menaient, au sud-ouest, via Lageyrat, vers Cassinomagus (Chassenon); au nord, par le Tuquet de la Garde où un raccordement se faisait avec une voie venant du Haut Châlus, vers le Jutland (pays de l'ambre) ; au sud, par le village de la Petite-Jaligne, vers l'Espagne et, au nord, par le village de La Garenne, vers Limoges. L'époque gallo-romaine a également laissé des tessons de poterie et des tesselles de mosaïque trouvés en 1949 à Lageyrat, ainsi qu'une voie romaine qui reliait Vésone (Périgueux) à Augustoritum (Limoges) et comportait une station Fines (frontière), située entre Firbeix et Châlus.

C'est au Moyen Âge, période au cours de laquelle Châlus connaîtra quatre sièges, que l'histoire locale est la plus riche, du fait de sa position stratégique entre le Limousin et l'Aquitaine et de la lutte pour le contrôle de ces territoires à laquelle se livrent alors les rois de France et les ducs d'Aquitaine, également rois d'Angleterre.

megalithe